Commanditaire: doct. Mario Colomo
Année: 2005 – 2006
Montant: € 5.645.000,00
Date d’ouverture: 03/06/2005
Date de délivrance: 05/07/2006
Date de fermeture: Dec 2006

Le magasin de chapeaux et d’articles de luxe Calabrese se trouve dans le centre de Naples, le long de la Rue Toledo, ouverte il y a cinq-cent ans par le vice-roi espagnol Don Pedro de Toledo pour mettre en communication le palais Vice-royal avec la ville.
La rue, traditionnellement vouée aux promenades et aux achats d’articles d’habillement, relie l’antique Neapolis avec la Naples résidentielle et des boutiques de haute couture de la ville historique du village de Chiaia. La boutique «Calabrese» est à l’angle d’un ancien immeuble de la rue Toledo.

La boutique, dans son apparence actuelle, remonte à l’après-guerre immédiat, et, des années Cinquante, conserve encore aujourd’hui tout le charme : la variété et le détail des chapeaux vendus rappellent à la mémoire les temps auxquels un tel accessoire était indispensable à la toilette d’un gentelman, les meubles en bois, les verres et miroirs, les vitrines, le mode d’exposition de la marchandise, encore conservée dans de vieilles boîtes en carton Borsalino, mais aussi les temps longs et tranquilles et les façons d’époque dans la réception de la clientèle en font un ensemble résistant à la vulgarité et à l’ostensible modernité de nouveaux exercices commerciaux.
La récente acquisition du local adjacent d’un coiffeur et de sous-sols a conduit le propriétaire à agrandir son magasin.

Le projet part du besoin absolu de respecter l’ameublement existant, l’organisation et la réalité actuelle de la boutique, en élargissant l’espace dévoué à l’exposition de la marchandise, à l’hospitalité du client et à l’essayage des produits.

Les interventions prévues sont peu nombreuses : l’ouverture d’un passage avec la création d’une plate-bande nécessaire pour la communication entre les deux pièces, un nouvel escalier, résolument contemporain et une annexe monte-charges pour la liaison entre l’espace commercial actuel et le local semi-enterré, doté d’un vide-sanitaire et des installations d’aération adaptées, et une liaison entre le magasin et une petite pièce au niveau supérieur, vouée aux bureaux et à la comptabilité.

Sont respectés les sols existants et les crépis saillants de qualité. Tous les nouveaux meubles absoluments nécessaires sont en bois et en verre, dans le respect des matériaux déjà présents, mais de «style» moderne sans équivoque, par la simplicité des coupes et de la mise en oeuvre.

L’aperçu ne prévoit pas de modifications ultérieures : sont éliminées les traces du coiffeur ; il est prévu de laisser et de restaurer l’enseigne en verre et les miroirs des années cinquante.